Tous les articles par Sam

Chasse aux loups : un exemple à suivre?

La justice suédoise ouvrira-t-elle la voie à une vague de blocage à l’encontre de la chasse aux loups?

En effet, elle vient d’interdire l’obtention de permis de chasse visant uniquement l’abattage de loups dans deux comtés : Örebro et Värmland. L’association de défense des animaux sauvages locale Nordluv a saisi le tribunal administratif qui a alors jugé que les autorités locales avaient outrepassées leurs compétences.

On ne peut qu’espérer que les pays européens concernés par les mêmes problématiques réagiront avec la même ferveur, mais rien n’est moins sûr.

Plus de détails sur le site 20 minutes.

Le dernier loup – Nouveau film de Jean-Jacques ANNAUD

Après L’Ours et Deux Frères, le réalisateur de la Guerre du Feu et du Nom de la Rose revient en 2015 avec un nouveau film, le Dernier Loup. Jean-Jacques Annaud présentera donc à Toulouse, au cinéma Gaumont Wilson, son dernier long métrage avant sa sortie nationale le 25 février prochain.

Synopsis : 1969. Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un officier du gouvernement central décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.

Avant Première du Dernier Loup le 16 janvier au Cinéma Gaumont Wilson Toulouse.

source : http://www.toulouseblog.fr/

Le pic se pose parfois sur un arbre voisin de la loge, c'est l'occasion de faire des images d'ambiance forestière différentes des images à la loge - © Fabien GREBAN

Photographier les pics, par Fabien GREBAN

I&N : Bonjour Fabien, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
Fabien GREBAN : Je m’appelle Fabien Gréban, j’ai 36 ans, je suis marié et papa de trois enfants. J’ai la chance d’être photographe professionnel et ainsi je peux vivre de ma passion. Je pratique la photographie de nature au sens large (faune, paysage, flore, insectes, etc.). J’habite au cœur du massif Jurassien et c’est ici que je réalise la majorité de mes images. J’ai en effet choisi de cibler mon travail sur la mise en valeur de mon environnement direct.L’évasion, la poésie, l’émotion sont les éléments que je recherche dans la photographie. Je suis donc particulièrement sensible aux ambiances, aux jeux de lumières (contre-jour, clair-obscur), aux fonds flous, etc.
Mes sujets de prédilection sont le renard, l’hermine et le chat forestier, mais j’avoue avoir une attirance pour tous les animaux qui rappellent la taïga, là où le froid règne en maître une bonne partie de l’année et où les résineux forment des forêts grandioses.
Mon activité de photographe se décompose en plusieurs activités, les principales sont : réalisation de reportages photographiques, expositions, organisations de stages photographiques. Continuer la lecture de Photographier les pics, par Fabien GREBAN 

© Guillaume FRANÇOIS

Interview : Guillaume FRANCOIS

Fer de lance des photographes animaliers de la nouvelle génération, Guillaume FRANÇOIS  a été le témoin d'une rencontre auquel il a consacré beaucoup de temps et d'énergie. C'est avec une passion non retenue qu'il se dévoile aujourd'hui.

I&N : Bonjour Guillaume, vous êtes photographe animalier, pouvez-vous vous présenter ?
Guillaume FRANÇOIS : Je suis jurassien d’origine, né en 1993 à Lons-le-Saunier. Depuis ma plus tendre enfance je suis un amoureux de la nature, la photographie est venue se greffer sur cette passion au fil du temps. Professionnel depuis l’âge de 17 ans, je ne cesse de rechercher et de vivre des émotions que me procure cette nature libre et sauvage.

I&N : Vous êtes un jeune photographe, qu’est-ce qui vous a amené à la photographie animalière ? Continuer la lecture de Interview : Guillaume FRANCOIS 

Biodiversité : Ségolène Royal fait adopter dix actions nouvelles

Communiqué du 27 juin 2014

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a fait adopter dix amendements au projet de loi biodiversité, lors de son examen par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée Nationale.

  1. Au 1er janvier 2016, fin de l’utilisation des sacs plastiques non réutilisables, sauf sacs compostables (compostage domestique) ou biosourcés ;
  2. Interdiction définitive de l’épandage aérien de pesticides ;
  3. Généralisation au 1er mai 2016 de l’action « Terre saine : communes sans pesticides » (au lieu du 1er janvier 2020 tel que prévu par la loi Labbé) ;
  4. Encadrer le traitement des « fonds de cuve » de pesticides, pour que la vidange soit faite dans le respect de l’environnement;
  5. Faciliter la commercialisation de produits naturels pour le traitement des plantes comme le purin d’ortie ou les substances issues de saule ou de prêle, en mettant en place une procédure d’autorisation très simplifiée ;
  6. Généraliser l’expérimentation de l’autorisation uni que pour les installations, ouvrages, travaux et activités (IOTA) soumis à la loi sur l’eau, qui vise à raccourcir les délais d’instruction (aujourd’hui cette expérimentation est mise en place en Languedoc Roussillon et Rhône-Alpes uniquement) ;
  7. Renforcer la place des Outre-mers dans le projet de loi : création de comités régionaux de la biodiversité et d’antennes de la future Agence française de la biodiversité dans chaque bassin ultra-marin ;
  8. Adapter la gouvernance des grands parcs naturels marins et ainsi permettre la création du parc naturel marin Estuaire Gironde et Pertuis Charentais ;
  9. Étendre la protection d’un grand nombre d’espèces marines (cétacés, tortues et certains oiseaux) au large des côtes françaises (sur toute la zone économique exclusive et le plateau continental, au delà de la zone des 12 milles actuels) ;
  10. Protection des océans : interdiction du rejet des eaux de ballast sans traitement (eaux issues des cuves des bateaux qui peuvent véhiculer des organismes nuisibles).

Source : Ministère