Mésange nonnette - © Christophe CRIMMERS

Portrait : Christophe CRIMMERS

I&N : Bonjour Christophe, peux-tu te présenter en quelques lignes?

Christophe CRIMMERS : J’ai 45 ans et habite depuis quelques années dans le Haut Doubs en Franche-Comté.
Je me définis avant tout comme un naturaliste attaché à la terre et au monde sauvage. Cette sensation de communion avec un milieu naturel m’apporte à la fois un sentiment de paix et d’admiration. Par la photographie, je cherche à saisir des instants magiques.

I&N : Qu’est-ce qui t’a amené à la photographie animalière?

Christophe CRIMMERS : Mon insatiable plaisir à me trouver dans cette Nature que j’aime tant. En fait, je suis persuadé qu’elle est un formidable catalyseur permettant de se ressourcer et de s’évader.
Voilà près de 17 ans, au cours de l’une de ces sorties, j’ai eu envie de ramener des souvenirs. Quoi de mieux qu’un appareil photo pour le faire. Je me souviens très bien de mon premier cliché : il s’agissait d’un petit rouge-gorge tapis sous une haie. L’émotion procurée par la réalisation de cette image somme toute banale et même très mauvaise techniquement parlant a été l’élément déclencheur d’une passion qui ne s’est depuis jamais démentie.

I&N : Tu photographies principalement les oiseaux, pourquoi et d’où te viens cette passion?

Christophe CRIMMERS : Pour être tout à fait honnête, j’ai longtemps photographié (et même exclusivement) les mammifères. A cette époque, je travaillais sur un secteur géographique bien pourvu en forêt. J’en ai donc naturellement profité pour immortaliser sangliers, chevreuils, biches.
Mais après quelques  années de pratique assidue, j’ai commencé à m’intéresser sérieusement aux oiseaux (facilité en cela par mon frère passionné depuis près de 30 ans par l’ornithologie). Et puis j’ai fait mes premiers clichés plus orientés vers la composition que par les gros plans. Cela m’a tout de suite enthousiasmé car j’ y trouvais une nouvelle source d’inspiration et de motivation.

I&N : As-tu une préférence pour les oiseaux de plaine, les rapaces, les passereaux … ?

Christophe CRIMMERS : Absolument pas. Contrairement à pas mal de photographes animaliers que je connais et côtoie, je prends plaisir à photographier aussi bien une mésange qu’un rapace. A chaque fois, au moment de déclencher, j’ai toujours ce même frisson qui m’envahit !

04-Fauvette grisette - © Christophe CRIMMERS

I&N : Côté matériel, il ne faut pas sortir léger pour aller aux oiseaux, que contient ton sac photo pour une sortie type?

Christophe CRIMMERS : J’entends souvent dire autour de moi que le matériel ne fait pas tout … oui mais il vaut mieux affûter avec un 500mm qu’un vieux télézoom !!
Mon matos : Je suis équipé en Canon. En fonction de mes sorties, je choisis soit le 400 f/2.8 soit le 300 f/2.8 couplé avec le 7D. Ce boîtier n’est pas une formule 1 mais je m’en contente pour le moment. Comme je ne fais pas d’approche, j’ai constamment dans mon coffre de véhicule une tente affût (et une paire de jumelles – indispensable -).

I&N : Tu t’es fait une spécialité des images en panoramique, pourquoi ce choix de cadrage? Qu’y trouves-tu par rapport à un cadrage plus classique?

Christophe CRIMMERS : C’est LE format qui, à mes yeux, permet de mieux mettre en valeur  l’espèce photographiée et le milieu. Pour qui travaille la composition, il est nécessaire d’apporter un équilibre (subtile certes) entre l’oiseau et son biotope. Intégrer le sujet ce n’est pas exclusivement se focaliser sur celui-ci au risque d’occulter tout le reste. C’est d’ailleurs souvent le premier réflexe du débutant qui n’a d’autres soucis que de shooter pleine pastille. Avec le temps, il prendra du recul (physiquement parlant) pour combiner les deux.
A ce propos, cela n’empêche nullement de s’essayer à d’autres cadrages. Il est d’ ailleurs conseillé de s’ y employer. Si les ingrédients permettent de positionner l’oiseau en haut à droite ou au centre il faut le faire. Mais ceci est avant tout une recherche initiale amorcée par le photographe. C’est à lui de mettre en place les acteurs pour ensuite les positionner afin que l’équilibre global puisse être au rendez-vous.

 

I&N : Cette façon de présenter tes images te vient d’où?

Christophe CRIMMERS : La question mérite d’être posée puisqu’à travers elle je souhaite évoquer le photographe qui est à l’origine de ma technique de shoot. Il s’agit de M. CAMPIO René qui n’est pas professionnel. J’ai découvert en 2008 ses images lesquelles dégageaient une incroyable finesse dans le détail tout en restant épurées. Mes clichés sont, comparativement à lui, beaucoup plus « grossiers » dans l’approche dont je viens d’évoquer. Je ne vous cache pas qu’il est ma référence et que mon travail sur le terrain tend à se rapprocher de ce qu’il sait magnifiquement mettre en œuvre.

I&N : Dois-tu y réfléchir au moment de déclencher ou tout se fait derrière ton écran d’ordinateur?

Christophe CRIMMERS : Comme j’ai déjà pu l’écrire sur le forum, il est inconcevable de vouloir composer sans y avoir, au préalable, mûrement réfléchi. Tout se prépare sur le terrain par de très nombreux repérages portant sur le milieu à proprement parler, le sujet en lui-même (nécessitant une bonne connaissance de ce dernier), sur le positionnement à telle ou telle heure du soleil (lequel va de facto déterminer l’emplacement de l’affût) etc…
Lorsque j’ai en tête une image, je n’hésite pas à choisir le perchoir (naturel) en espérant que l’oiseau s’y pose et en priant qu’il le fasse dans un créneau horaire favorable au rendu de l’image.
Je vous rassure que ce sont ces mêmes repérages qui permettront de minimiser les échecs. Ainsi quand on observe maintes et maintes fois le même oiseau, un bruant des roseaux pour ne pas le nommer se poser très souvent sur le même perchoir, il y a quand même de fortes probabilités pour que ce passereau se perche le jour d’un affût. Bon certes pas toujours mais l’espoir fait vivre !

I&N : Quelle est, selon toi, une image d’oiseau réussie?

Christophe CRIMMERS : Ma réponse est très subjective.
Au premier coup d’œil, l’un des éléments constituant l’image (que ce soit le sujet : oiseau/mammifère/fleur/insecte ou le milieu naturel : montagne/arbre/paroi rocheuse/rivière etc..) ne doit pas prendre le pas sur tout le reste. On doit y percevoir une subtile et délicate alchimie entre les différents protagonistes.  C’est un tout indissociable qui dresse un tableau cohérent dans sa composition.

06-Linotte - © Christophe CRIMMERS

I&N : Tes images sont rarement saturées, rarement contrastées. Est-ce une volonté ou un heureux hasard dû aux conditions de terrain que tu recherches?

Christophe CRIMMERS : Peu de hasard lorsque ce même constat est établi depuis de nombreuses années. C’est une volonté délibérée de ma part. En toute modestie, je dirais que c’est l’une de mes signatures. Quel que soit le sujet que je photographie, je recherche systématiquement à imposer des tons pastel. Et qui dit tons pastel induit de la douceur dans le rendu.
Il est bien évident aussi qu’en post-traitement il faut éviter de resserrer les niveaux au risque de « durcir » l’image. Le risque c’est de se retrouver avec des images manquant de contraste et de peps. Il faut alors un juste dosage dans le choix des curseurs. Ni trop ni trop peu.

I&N : Te sens-tu plus photographe ou plus ornithologue?

Christophe CRIMMERS : De part mon approche photographique, je me sens avant tout photographe. Même si mes premières sorties tendaient vers l’ornithologie.
Et puis après tout on peut très bien concilier les deux. J’en connais d’ailleurs quelques-uns sur le forum. Ils se reconnaîtront !

I&N : La plupart des photographes épris d’oiseaux cherchent à faire ce que l’on appelle des « coches », est-ce ton cas? Si oui, pourquoi?

Christophe CRIMMERS : Comme dit plus haut, je ne suis pas quelqu’un qui court après l’oiseau rare. Cela ne l’a jamais été.
Je fais des sorties photos avec des potes qui eux n’ont de cesse de « cocher ». Ils sont dans une perpétuelle recherche les obligeant à parcourir des centaines de kilomètres s’il le faut pour espérer déclencher. Je ne critique pas cette façon de faire (j’en profite même un peu…). Après tout c’est ce qui les motive à se lever à des points d’heure espérant découvrir le Graal !
Le seul petit bémol que je note c’est le risque de dérangement que tout ceci est susceptible d’engendrer. C’est au photographe de se raisonner et de savoir s’arrêter à temps.

 

I&N : Quelle est l’espèce que tu rêves de photographier?

Christophe CRIMMERS : Pas une mais des espèces : milan royal, épervier d’Europe en chasse, tichodrome échelette, aigle royal, vautours…, loriot… Bon j’arrête là. Il me reste donc encore beaucoup de jolis rendez-vous à concrétiser.

I&N : As-tu un rôle à jouer pour l’environnement en tant que photographe animalier ?

Christophe CRIMMERS : Aimer c’est respecter. Chacun doit avoir conscience que tel ou tel comportement peut engendrer de fâcheuses conséquences pour l’espèce photographiée.
Aujourd’hui et considérant l’état déplorable dans lequel se situent nos milieux, nous sommes arrivés à un seuil où nous ne pouvons plus accepter de faire courir un quelconque danger aux espèces en présence de part des agissements indignes de notre statut de photographe animalier.
Il me paraît donc nécessaire et utile de s’affilier à des associations de défense de l’environnement afin que nos actions puissent peser sur les politiques de nos dirigeants. Pour ma part, je suis adhérent à un collectif environnemental nommé SEVE. A notre niveau et avec les moyens dont nous disposons, nous essayons d’éveiller la conscience de nos concitoyens quant à l’urgence de sauvegarder ce que la Nature nous a procuré durant des millénaires.
A ce sujet, on me reproche quelque fois mes prises de position sur ce forum quant au non-dérangement des espèces. Que n’en déplaise à ceux qui se sentent visés. Mon rôle de modérateur me permet justement d’intervenir afin de montrer du doigt ceux et celles qui auraient tendance à prendre la Nature pour un terrain de jeu en faisant fi de leurs agissements irrespectueux. Tant que je serai sur ce forum, je garderai le cap !

I&N : Un dernier mot?

Christophe CRIMMERS : Nous avons sur ce forum pléthore de très bons photographes, ornithologues, naturalistes, amoureux de Dame Nature. C’est ce qui en fait, à mes yeux, toute sa richesse.
A travers ce forum, nous sommes directement (re)liés par une même Passion. A chacun de nous de tout mettre en œuvre afin que demain nos enfants puissent entendre le chant du Rossignol, observer un balbuzard pêcheur, découvrir une tourbière, admirer une orchidée sauvage !

Merci.

Retrouvez Christophe sur le forum Image & Nature sous le pseudo Baussant où il officie en tant que Modérateur.

6 réflexions au sujet de « Portrait : Christophe CRIMMERS »

  1. Bonsoir Christophe,

    Je viens avec du retard de lire cet interview et j’ai surtout beaucoup apprécié l’éthique qui est la tienne vis à vis de cette nature qui nous comble tous les jours, éthique que tu défends d’ailleurs sur ce forum et ailleurs.

    Quand à tes photos elles m’ont souvent inspiré et fait progresser surtout dans le fait de laisser plus de place à l’environnement, de soigner les compositions et d’adoucir les contrastes et recherche des teintes plus douces, en résumé comme dit Robert « Faire du Baussant ».

    Merci et Bonne continuation

    1. Merci de ton passage Ibal.
      Quant à mes rendus d’ images, tout est venu petit à petit au fil des années. Je pense qu’ il faut savoir suivre ses propres aspirations et se laisser guider par ses envies, quitte à sortir des sentiers battus. Même si je suis dans une perpétuelle recherche, pour le moment je dois dire que le côté « pastelliste » continue à me plaire donc…
      Actuellement, mes sorties s’ effectuent avec un ami qui affectionne tout particulièrement les « gros plans ». Du coup me voilà embarqué dans une approche un peu différente de ce que je faisais habituellement en terme de composition. Un peu « perdu » les premières sorties, j’ ai décidé de relever amicalement le défi et de combiner les 2 techniques. Sur mon fil fauvette, la première image est le genre de cliché qui illustre mes propos.
      Bien amicalement
      Christophe

  2. @LOTZjm : merci de ton passage et heureux de constater ta vision de la photographie animalière. Bien amicalement
    @Robert : Je ne te cacherai pas le plaisir que j’ ai eu à te lire. Sur ce forum, tu fais partie de ceux dont le discours m’ intéresse. Je crois que nous nous rejoignons sur beaucoup de points quant à notre manière de gérer notre passion commune. Au plaisir de te rencontrer. Amitiés
    @Alain : Hé oui cher Alain que de chemin parcouru. Te souviens-tu de mes débuts sur un autre forum…comme quoi ! Quant à l’ éthique..vaste sujet qui, je te rassure, ne concerne que quelques personnes car la plupart des photographes en sont pourvus. En tout état de cause et pour te suivre depuis quelques années, je te sais ô combien respectueux de tes « grandes pattes ». Pour cela il suffit de découvrir tes images et constater toute la quiétude qui se dégage de tes sujets préférés.
    Il n’ y a que les montagnes qui ne se croisent pas…Amitiés

  3. Salut Christophe,

    il me semble me souvenir de tes débuts sur un autre forum…que de chemin parcouru!
    Je suis assez d’accord avec ta vision de la nature et de la photo animalière. L’éthique est une chose très importante, sans quand même aller dans les extrèmes…
    J’ai toujours eu beaucoup de plaisir d’échanger avec toi par forums interposés…même si les échanges sont moins fréquents.
    J’espère que tu auras un jour devant ton objo toutes les espèces dont tu rêves.

    Au plaisir de te lire, ici ou ailleurs…

    Alain

  4. Ta ligne de conduite au sujet de la nature force le respect. Et cette ligne comme photographe l’est tout autant.
    Tu es une des rares personnes sur le forum où je reconnais tout de suite ses photos, tu as un style bien à toi. D’ailleurs certains n’hésite pas à écrire  » à la Baussant »…… quand l’une d’elles s’y rapprochent.
    En tout cas félicitations pour tout ce que tu fais pour le forum, c’est un boulot monstre, et bien entendu pour les photos que tu y poses délicatement. Même si je n’écris plus dans la partie oiseaux du forum, j’y vais régulièrement voir ce qui s’y fait…….. ;-)

    Sincères amitiés, Robert

  5. ça fait grandement plaisir de lire ces lignes ,elles me confortent dans la vision que j’ai personnellement de la pratique de la photo de nature et animalière en particulier,car ces derniers temps je rencontre plus souvent des « obsédés » du déclencheur sur le terrain ayant peu de respect de la nature en général et des animaux en particuliers tout juste avide de « spot »

    cordialement LOTZ jm

Répondre à Ibal Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>