Coucou, Primevère officinale dans la rosée - © Cécile MINOT

Photographier les fleurs, par Cécile MINOT

Le printemps sonne l’éveil d’une nature léthargique, endormie par le froid et le gris d‘un hiver toujours trop long. 
Ici et là quelques touches de couleurs viennent ponctuer le sol, timidement dans un premier temps, c’est par le blanc éclatant des premiers perces-neige que la nouvelle saison s’annonce. 
Il s’en suivra un ballet de couleurs qu’il est toujours bon de revoir, et avec ce nouvel élan de vie, l’envie irrésistible pour le photographe de nature de sortir prendre un bol d’air le nez à quelques centimètres du sol dans les odeurs enivrantes du printemps.
 
Le monde floral est vaste et varié, une source d’inspiration intarissable de part sa diversité de forme et de couleur. De la plus petite fleur tapissant le sol et tellement commune à la plus rare des orchidées, toutes ont à offrir des heures de détente et mille visions pour les mettre en valeur.
 
~
Petits conseils de prise de vue
- Comme très souvent, l’idéal est de se placer à hauteur du sujet. Si la plongée et la contre-plongée peuvent donner des effets intéressants utilisés à bon escient, la plupart du temps c’est à hauteur de sujet que les résultats seront les plus efficaces.
- Attention à l’environnement du sujet, souvent c’est une brindille mal placée ou un brin d’herbe qui vient gâcher les efforts du photographe. Le numérique à cet avantage de pouvoir dévoiler sur l’instant l’image prise … Un rapide coup d’œil permet de s’assurer que rien ne vient couper le sujet. On s’évite ainsi une séance de « tamponnage » au moment du post-traitement.
- Ne passez pas la tondeuse ! A trop vouloir faire le vide autour du sujet pour éliminer les éléments parasites, on a tendance à vite « raser » la scène, or se sont ces éléments gênants qui peuvent très souvent vous servir pour créer des flous artistiques …
N’enlevez rien tant que vous n’avez pas trouver le bon angle de prise de vue ! Une fois votre composition faite, écartez ce qui vous gêne en essayant d’arracher le moins possible. Et remettez en place la scène avant votre départ.
- Soyez attentif à la lumière, évitez les éclairages trop direct qui offre une lumière dure et peu esthétique, avec des ombres marquées.
 
Tour d’horizon des différentes ambiances que l’on peut avoir lors d’une journée florale
  
Éveil
S’il est une heure magique dans la journée c’est sûrement celle du lever du jour. A la lumière rasante d’un astre qui s’élève, la rosée vient parer le sol de milliers de diamants, de quoi offrir un écrin scintillant et des ambiances oniriques à souhait. 
Coucou, Primevère officinale dans la rosée
 
Les jeux de lumière mêlés à l’eau sont toujours du plus bel effet. Le printemps n’étant pas en reste côté giboulées, il est souvent intéressant de surveiller la météo et de sortir juste après une ondée. Quand le soleil pointe derrière un nuage et vient se refléter dans l’eau de pluie c’est une occasion de plus de sortir de belles ambiances. 
Perce neige, Galanthus Nivalis après une ondée.
 
Journée ensoleillée…
La lumière est cruciale dans le rendu final d’une image. Trop forte elle viendra durcir les contrastes, cassant la « douceur » que l’on associe naturellement aux fleurs. 
Si l’on ne peut sortir aux heures les plus appropriées (lever ou coucher du soleil) l’idéal sera alors de s’attarder sur des sujets à l’ombre afin d’avoir un bokeh éclairé et coloré tout en gardant une certaine douceur globale.

Si d’aventure l’ombre se fait rare en prairie, un petit bâton planté au sol avec un petit chiffon suffira largement à jouer les parasols improvisés.
Enfin, si le soleil est de mise et si les conditions le permettent pourquoi ne pas oser le plein soleil en sous-exposant fortement ?
Nénuphar en plein soleil, Une forte sous exposition ne va laisser que le blanc apparent
 
 
Au cœur des fleurs…
Une fleur ce n’est pas qu’une tige et quelques pétales autour. C’est aussi un cœur et toute la complexité de formes et de détails dont Dame Nature a la secret.
Un objectif macro révélera tous les secrets de ses modèles qu’il faut savoir scruter et prendre le temps de comprendre pour en dévoiler les formes.

Ambiance mystérieuse, la magie du contre jour…
Vous avez fait le tour de votre sujet ? Vous tournez en rond, reproduisant les mêmes images.
Pourquoi ne pas en profiter pour essayer autre chose ? Une vision plus mystérieuse qui joue non pas sur la couleur mais sur la forme du sujet.
Il y a plusieurs façon de jouer du contre-jour : jouer avec les reflets du soleil sur l’eau, trouver une percée dans la végétation, viser le ciel ou le soleil couchant…
L’idée est de retranscrire une ambiance, le but ici sera de trouver le bon équilibre entre ombre et lumière afin d’avoir une composition harmonieuse. 
Anémone Sylvie en contre jour
Nivéole en contre jour, les reflets du soleil sur un ruisseau offrent des jeux de lumière très intéressants, attention aux yeux avec les reflets trop violents !
 
Il y a sûrement autant de façon d’aborder  la photo florale que de variété de fleurs, selon le bon goût du photographe et l’envie du moment, on jouera sur les formes, les couleurs les effets de masses. Il n’y a bien que l’imagination de celui qui appuie sur le déclencheur qui puisse brider la création. Alors lancez-vous sans plus attendre !
 
Pour terminer, je vous invite à être attentif à l’environnement de votre sujet. Si certaines fleurs sont très communes, d’autres en revanche sont menacées de disparition. Votre quête de photo ne doit pas vous faire oublier que vous pourrez être amené à évoluer dans des biotopes souvent sensibles et très fragiles et il faut garder à l’esprit que si votre sujet a toute votre attention il ne faut pas en oublier pour autant ce qui pousse à côté. Un petit coup d’œil pour s’assurer que l’on ne va pas écraser une pousse précieuse à venir est un minimum avant de se rouler par terre…
 
Bonne séance !
Cécile.
Retrouvez  l’ensemble des images de Cécile sur son site web : http://www.cecileminot.com/
Et suivez son actualité sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/cecile.minot?ref=tn_tnmn

5 réflexions au sujet de « Photographier les fleurs, par Cécile MINOT »

  1. Je ne connais pas du tout cette pratique photographique mais je suis en admiration devant ces images .
    L’on devine la recherche effectuée pour chaque photo, ce qui donne toujours une superbe ambiance , cela fait rêver… tant ici que sur FB…

    gege72

  2. Voila une série de conseils fort intéressants …
    Merci Cécile.
    Il ne reste plus qu’à les mettre en pratique.
    Votre site est …. top !!

    1. Bien que je ne pratique pas cette photographie je suis en admiration devant toutes images que je trouve magnifiques.
      Le texte est très enrichissant et peut être très utile, merci et bonnes continuations.

      Robert

Répondre à karou Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>